LA RUBRIQUE DU SAMEDI D’EMMANUEL FAHÉ:OUATTARA, QUAND C’EST FINI, C’EST FINI.

par | Sep 14, 2020 | Afrique-Subsaharienne, Côte d'Ivoire, Politique | 0 commentaires

Après une décennie au sommet de l’État, le règne de Mr Ouattara touche inexorablement à sa fin. Les prochaines élections en Côte d’Ivoire sonnent étrangement un refrain de décadence et surtout de déchéance d’un homme qui s’est construit sur l’irréel et l’imaginaire. Les flots de mensonge débités au cours de ces années, décrivent la nature de l’individu. La mythomanie et la paranoïa sont les syndromes d’un mal pernicieux qui le rongent depuis toujours.
Il ya des choses dans la vie d’un homme qu’on n’a pas besoin d’expliqué. Certains faits se révèlent naturellement sans que des explications ne soient nécessaires. Le cas de Ouattara ressemble à un processus irréversible qui s’accomplit doucement, mais sûrement. Nous avons assisté à son ascension imméritée au sommet de l’État ivoirien. Cette défiguration de la Nation par un groupe de prédateurs spécialisés dans le dépouillement d’honnêtes citoyens, marquera plusieurs générations. 

 Dix années de frustration, de violence, de répression et de violation des droits élémentaires des femmes et des hommes défenseurs de la démocratie et/ou simples citoyens épris de justice et de paix, sont infernales. Et pourtant, le monde entier s’est accordé unanimement à faire de Ouattara l’homme providentiel pour le bien être des ivoiriens. A travers les mass médias, il a affirmé aux yeux du monde, sa capacité à transformer les insuffisances, les tares et les méfaits de Gbagbo en potentialités humaines et économiques pour le peuple meurtri sous les coups de boutoir du président des Refondateurs. Il déclarait de mettre fin à la discrimination des nordistes marginalisés parce qu’ils sont musulmans. En effet, il a réussi ce pari. Car, sous son règne, les membres du gouvernement, les chefs des services publics et privés sont tous issus du Nord. Pour compléter son effectif,  il a fait appel à ses alliés de la sous région, en guise de remerciement pour leur soutien indéfectible pendant la conquête du pouvoir.

 Pendant dix ans, il règne sans partage ! La communauté internationale, très enclin à la bonne conduite et à la bonne gouvernance des régimes sous les tropiques, a momentanément fermé les yeux afin de permettre à leur protégé de mener sa barque à bon port. Ainsi donc, des meurtres et des crimes économiques ont été commis sous les regards amusés ou distraits des censeurs de l’Union européenne et/ou d’organisations non gouvernementales spécialisées dans ces genres d’opérations de contrôle des régimes africains.

Mais, après dix, Alassane Ouattara refuse de partir. Selon la constitution qu’il a librement fait voter à travers un référendum organisé en 2016, Mr Ouattara ne pouvait en aucun cas prétendre à un troisième mandat. 

 Cependant, il convient de rappeler que le régime mis en place astucieusement par Ouattara et ses alliés, se désintègre. Le pacte de George V qui a vu naître le RHDP (Rassemblement des Houphouetistes pour la  Démocratie et la Paix) est rompu. Toutes les composantes de ce groupement constituées en un seul élément pour gouverner se découvrent au fur du temps et se rendent compte de la supercherie mise au point par le leader Ouattara. Ce dernier s’est employé  malicieusement à dissoudre les autres groupes dans un moule conçu par lui en vue d’éliminer les potentiels concurrents. Il aurait réussi partiellement, mais, l’égoïsme et l’avidité aidant, il rate (mal)heureusement son but. Le RHDP vole en éclat et le rêve d’Alassane Ouattara de régner sur la Côte d’Ivoire et sur la sous région s’évanouie au grand bonheur des démocrates.

Le malheur ne vient jamais seul dit l’adage. Les soutiens extérieurs du chef de l’État ivoirien s’évaporent. Il vient de perdre l’appui de la France et de l’Union européenne. Les pressions de la communauté internationale et de ses partenaires africains sont de plus en plus contraignantes. Les mauvaises nouvelles et les scandales se multiplient. Ses derniers remparts dans son propre camp se font aussi rares. Malgré tout, il tente désespérément de séduire les populations par des promesses chimériques et presque improbables.
Pendant ce temps, ses ouailles et ses sbires multiplient des actes de violence et d’intimidation envers et contre les citoyens et les leaders politiques. Les arrestations arbitraires et les emprisonnements font partie du quotidien des ivoiriens déjà terrorisés par les milices et les microbes. 

La classe politique pendant ce temps, affûte ses armes pour l’ultime bataille.
Dans ces conditions, le 31 octobre 2020 tiendra-t-il ses promesses. Let’s and see !  

Emmanuel Fahé – Paris
Diplômé en communication 

Bienvenue

Bienvenu sur le site de ivoirenewsinfo.net text |…Le sous-marin « Suffren » rejoint son port base sans s’annoncer

Commentaires récents

    Catégories

    Follow Us

    Abonnez-vous à notre newsletter

    Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

    Vous vous êtes enregistré avec succès

    Share This