La chronique hebdomadaire : « ET SI ON EN PARLAIT ! »

par | Août 15, 2020 | Afrique-Subsaharienne, Côte d'Ivoire, Cris interne au FPI | 0 commentaires

UNION NECESSAIRE ET OBLIGATOIRE

« On ne va pas en guerre en rang dispersé » dit l’adage !
La folle journée du 13 août 2020 m’inspire une réflexion quant à l’organisation de la lutte pour affronter le régime Ouattara. En effet, j’ose me permettre de reprocher aux acteurs et protagonistes de cette lutte pour la paix et la liberté, de manquer de cohésion dans la conception d’une stratégie capable de déraciner les fondations du régime sanguinaire et autocratique de Dramane Ouattara.  

Après l’annonce prévisible de Ouattara de briquer un troisième mandat à la présidentielle du 31 octobre 2020, en remplacement de son défunt dauphin Amadou Gon Coulibaly, le monde entier savait que ce dernier posait ainsi un acte provocateur dans l’intention de déclencher une guerre aux ivoiriens. La violation de la loi fondamentale régissant notre pays, constitue en soi, un acte délictueux qui mériterait dans un pays véritablement républicain, la convocation devant la haute Cour de justice.

Mais hélas ! l’organisation de notre classe politique et intellectuelle est encore loin du respect scrupuleux des institutions républicaines. Ce déficit nous éloigne donc du monde civilisé et nous  retient par conséquent enfermés dans le cocon des êtres primitifs.
Répondre donc à Ouattara suppose de sceller une union de circonstance dans laquelle toutes les composantes s’engagent dans l’élaboration d’un plan unique de lutte. Cela  suppose, oublier un temps soit peu, à parler le même langage en adoptant aussi la même vision ; car, l’objectif est vraisemblablement unique : « déloger Ouattara ».

Nous devons être conscients que nous sommes dans une révolution. Et, le but de la révolution c’est libéré un peuple opprimé. Pour cela, nous devons nous inspirer de l’histoire des peuples qui se sont battus pour vivre aujourd’hui dans une société organisée avec des institutions fortes. Donc la révolution nécessite des sacrifices, de la conception d’un nouveau mode de faire la politique. L’histoire des grandes Nations nous enseigne qu’à un certain moment de leur existence, les peuples ont dû faire des alliances contre nature  comme droite et gauche ensemble, (voir l’histoire de la France, de l’Italie, etc. pendant la seconde guerre mondiale) afin d’abattre l’ennemi commun.

Enfin, j’ai l’entière conviction que les politiques et les groupements de la société civile sauront trouver un lien fraternel pour créer cette union sacrée autour de nos valeurs. Le salut de notre Nation dépend de l’humilité des uns et des autres.

Hasta la vittoria ! Siempre !

Saint Manu

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue

Bienvenu sur le site de ivoirenewsinfo.net text |…Le sous-marin « Suffren » rejoint son port base sans s’annoncer

Commentaires récents

    Catégories

    Follow Us

    Abonnez-vous à notre newsletter

    Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

    Vous vous êtes enregistré avec succès

    Share This