LA CHRONIQUE DU SAMEDI D’EMMANUEL FAHÉ: FPI – QUEL DÉSORDRE !

par | Sep 6, 2020 | Afrique-Subsaharienne, Côte d'Ivoire, Cris interne au FPI, Politique | 0 commentaires

 Dans notre précédent article, nous avons tenté d’aborder l’épineux problème qui empêche le plus populaire des partis de l’opposition ivoirienne le FPI, de redécoller après la libération de ses principaux dirigeants arrêtés par Ouattara à la fin de la crise postélectorale. La timide tentative de restauration mise en place par le défunt Sangaré d’une part et d’autre part, la récupération presque légitime des armoiries du parti par Affi N’guessan président statutaire de l’organisation politique de Gbagbo Laurent.

 

 En effet, nous nous sommes toujours posé la question de savoir pourquoi le FPI n’a-t-il pas mis en place une stratégie de reconquête du pouvoir qu’il a perdu dans la douleur ? En cela, il aurait fallu initier une campagne de reconstruction du parti qui consisterait à recruter de nouveaux cadres et des activistes formés aux idéaux et à la doctrine de base qui caractérisait les militants et dirigeants historiques du parti. Mais hélas ! Rien de tout ça. Même pas un plan d’autofinancement pour assurer une autonomie financière pouvant mettre le parti à l’abri des vautours. Aucune initiative pour programme de formation des militants. Pis encore, les dirigeants n’ont aussi prévu aucune  stratégie de lutte pour la libération de leur leader  Gbagbo incarcéré dans les geôles de l’impérialisme depuis plus de huit ans. Jugé et innocenté, il est toujours retenu à Bruxelles sous la protection d’ASSOA Adou via des circuits obscurs.

 Intrigues et calomnies.

En lieu et place de toutes ces dispositions citées plus haut, certains dirigeants et aussi des militants peu inspirés s’adonnent à des actes intrigants et non vertueux. Les deux factions du parti se livrent une guerre fratricide sans merci, perdant ainsi de vue l’essentiel du combat contre le système d’oppression imposé au peuple ivoirien par le régime dictatorial de Ouattara et ses commanditaires. Dans cette guéguerre, Mme Simone Gbagbo, membre fondateur et dirigeante historique (seconde Vice présidente) n’est pas épargnée. Une certaine catégorie de militants agissant au nom d’une énigmatique dame supposée être (dans une relation extraconjugale) fiancée de Laurent Gbagbo, prennent à partie cette valeureuse Simone Ehivet Gbagbo, déjà martyre dans son propre pays à cause de son amour pour son peuple, sa détermination pour la justice sociale, la liberté et la paix.  Symbole de la libération de la femme et bien sûr grande pionnière de la lutte contre l’impérialisme et le néo-colonialisme ; elle est constamment conspuée et insultée par les ouailles du nouveau groupe de dirigeants pro-Gbagbo ; ironie du sort.

Où est donc le peuple ?

La bande à Nady Bamba (selon les indiscrétions de jeunes Afrique) aurait pris le contrôle du FPI version ASSOA Adou pour deux objectifs :

 –Combattre Affi N’guessan et détruire la faction qu’il dirige ;

-Calomnier Mme Gbagbo afin de salir son image et l’éloigner de la direction du FPI dont elle est fondatrice. 

confusion en  présentant cette combattante comme une traitre jouant dans le camp de l’ennemi et contre les intérêts de son mari. Ce stratagème a pour but d’ôter à Mme Gbagbo toute crédibilité et réduire son ambition pour la présidentielle, si cela était le cas. Dans cet élan, ASSOA Adou se rallie d’abord à Konan Bédié pour un projet commun de candidature à la prochaine présidentielle. Entretemps, il décide unilatéralement de présenter la candidature du Président Laurent Gbagbo sans toutefois prendre le soin d’associer les autres organes du parti. Le peuple incrédule et toujours de bonne foi, croit en la résurrection de son guide politique. Le 31 août 2020, une foule immense accompagne les dirigeants de la plateforme EDS au siège de la CEI en vue de déposer la candidature du Président Gbagbo. Un franc succès qui est tout à l’honneur du Président Gbagbo, toujours égal à lui-même. 

Et pourtant, deux jours plus tard, Maître Abiba Touré avocate de son état, intervenant dans les médias, s’adresse au peuple en lieu et place de l’Attaché de presse ou du Porte parole du candidat Gbagbo, annonce que le Président Gbagbo n’est pas informé du dépôt de sa candidature à la prochaine élection présidentielle du 31 octobre 2020 en Côte d’Ivoire, mais, il est très heureux de l’initiative prise en son nom. 

 Cependant, au regard de tout ce qui précède, sommes-nous en droit de nous interroger pourquoi un tel désordre dans le parti de Gbagbo (version ASSOA Adou) ? Pourquoi risquer la vie des dizaines milliers de personnes pour satisfaire tout simplement à une farce ? Aussi, voulons-nous savoir pourquoi Me Abiba a-t-elle fait cette sortie inopportune qui met tout le monde dans un tel état de désarroi. Quel objectif vise-t-elle ? Peut-on se moquer du peuple continuellement comme s’extase à faire ASSOA Adou?   

A bientôt !

 Emmanuel Fahé – Paris

Diplômé en communication

Bienvenue

Bienvenu sur le site de ivoirenewsinfo.net text |…Le sous-marin « Suffren » rejoint son port base sans s’annoncer

Commentaires récents

    Catégories

    Follow Us

    Abonnez-vous à notre newsletter

    Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

    Vous vous êtes enregistré avec succès

    Share This