Danièle Boni-Claverie dénonce la volonté hégémonique et le mépris du pdci et du « fpi de Gbagbo ».

par | Jan 22, 2021 | 3ème mandat de Alassane Ouattara, Afrique-Subsaharienne, Côte d'Ivoire, Politique | 0 commentaires

 

DECLARATION DE L’URD SUR SA PARTICIPATION AUX ELECTIONS LEGISLATIVES.

L’Urd dans sa lutte pour le respect des libertés collectives et individuelles et dans sa recherche d’une réelle pratique démocratique au sein des Institutions n’a eu de cesse de favoriser le rapprochement et la discussion entre les partis politiques de l’opposition. D’où sa profonde satisfaction de la formation d’une large coalition de l’opposition qui offrait au peuple ivoirien les perspectives d’une renaissance politique.

C’est toujours animée de cet esprit que l’Urd a décidé de participer aux élections législatives contre l’avis de 7 partis de l’opposition qui se sont désolidarisés de ce choix de la coalition avec des arguments logiques et respectables. Mais l’Urd dans son appréciation de la dure réalité a préféré la « participation » avec tous les risques que cela génère plutôt que le « boycott ».
Mal nous en a pris !

Ce à quoi nous assistons aujourd’hui se confond terriblement avec ce que nous dénonçons chez nos adversaires, à savoir un goût prononcé pour le « restaurant », où la vision porteuse de l’intérêt général se réduit à une lutte acharnée pour un morceau de gâteau. Oubliées les listes communes, adieu à la solidarité, à la cohésion qui donnaient ainsi des chances à l’opposition unie de l’emporter.
Malheureusement, sous l’impulsion hégémonique des 2 grands partis que sont le Pdci et le FPI de Laurent Gbagbo, les alliés sont écartés sans ménagement, avec beaucoup de mépris.

Tout en regrettant que cette voie commune ait été abandonnée, l’Urd a décidé de présenter des candidats en faisant des alliances ponctuelles selon les régions.
Nous sommes conscients que cet émiettement n’est pas favorable à l’opposition et va à l’encontre du projet initial de la coalition autour du renforcement de son unité pour se rendre plus forte.

De toute façon, le temps du bilan est proche et les cicatrices de cet affrontement interne amèneront certainement l’opposition à se redéfinir et à se recomposer pour enfin traduire les vraies aspirations de nos compatriotes.

Un souhait ! Que ces joutes électorales n’endeuillent plus notre nation.

Danièle Boni-Claverie.
Présidente de l’URD.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This