Côte d’Ivoire : création d’un « Conseil national de transition »

par | Nov 3, 2020 | 3ème mandat de Alassane Ouattara, Afrique-Subsaharienne, Côte d'Ivoire, Politique | 0 commentaires

 À l’initiative de l’opposition, il est présidé par Henri Konan Bédié, ex-chef de l’État, qui va avoir autorité sur un « gouvernement de transition ».

 La conjoncture politique s’accélère en Côte d’Ivoire au surlendemain de la présidentielle que l’opposition unie a boudé dans le cadre d’un « boycottage actif ». L’opposition a annoncé ce lundi qu’elle avait créé un « Conseil national de transition », présidé par l’ancien chef d’Etat Henri Konan Bédié, en vue de former un « gouvernement de transition ». « Le Conseil se donne pour mission de mettre en place dans les prochaines heures un gouvernement de transition », a affirmé l’ancien Premier ministre Pascal Affi N’Guessan, au nom de toute l’opposition au chef de l’Etat Alassane Ouattara parti pour gagner une présidentielle où il n’a pas eu de réel adversaire en raison du boycott de l’opposition. Celle-ci, faut-il le rappeler, juge un troisième mandat « anticonstitutionnel », ce qui n’est pas l’avis du président Ouattara. « Le Conseil national de transition aura pour mission de préparer le cadre d’une élection présidentielle juste transparente et inclusive (…) et de convoquer des assises nationales pour la réconciliation nationale en vue du retour à une paix définitive en Côte d’Ivoire », selon M. N’Guessan, « constatant la vacance du pouvoir exécutif avec la fin du mandat présidentiel de Alassane Ouattara ».

 La conséquence de la crise pré-électorale

L’opposition avait déjà appelé dimanche à une « transition civile » et « à la mobilisation générale des Ivoiriens pour faire barrage à la dictature et à la forfaiture du président sortant ». Des violences secouent le pays depuis le vote alors que les résultats sont annoncés au compte-gouttes par la commission électorale indépendante. Avant le scrutin, une trentaine de personnes avaient trouvé la mort dans des violences faisant craindre des troubles importants, dix ans après la crise qui avait suivi la présidentielle de 2010, faisant 3.000 morts, à la suite du refus du président Laurent Gbagbo, qui était au pouvoir depuis 2000, de reconnaître sa défaite face à M. Ouattara

  Le Point.fr

Bienvenue

Bienvenu sur le site de ivoirenewsinfo.net text |…Le sous-marin « Suffren » rejoint son port base sans s’annoncer

Commentaires récents

    Catégories

    Follow Us

    Abonnez-vous à notre newsletter

    Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

    Vous vous êtes enregistré avec succès

    Share This