AGNÈS LOROUGNON (FONDATRICE DE L’ATHLETICO CLUB DE GUIBEROUA) : »JE VEUX ATTEINDRE DES OBJECTIFS SOCIO-ÉCONOMIQUES AU PROFIT DES JEUNES »

par | Fév 14, 2021 | Afrique-Subsaharienne, Côte d'Ivoire, Sport | 0 commentaires

 Madame Agnès Lorougnon est ambassadrice de bonne volonté et est bien connue pour ses œuvres caritatives. Depuis quelque temps, elle vient d’ajouter une autre corde à son arc:elle est présidente fondatrice d’un club de football dans sa région, Guiberoua. Ivoirenewsinfo.net l’a rencontrée.

 INI:Bonjour madame Agnès Lorougnon, vous n’êtes plus vraiment à présenter à nos lecteurs car vos œuvres caritatives sont connues. On vous découvre une nouvelle passion, le football. Cela date de quand ? 

Agnès Lorougnon:Je tiens à vous renouveler mes remerciements à vous ainsi qu’à toute l’équipe de ivoirenewsinfo.net pour l’appui médiatique que vous accordez à mes actionshumanitaires et vous adresse tous mes vœux pour 2021. 
Dans mon rôle d’Ambassadrice de Bonne Volonté, je suis à la fois porte-parolede millions d’hommes, de femmes, de jeunes et d’enfants qui vivent dans uneprécarité extrême, témoin de la dévastation de notre monde à tous les niveaux.Je suis donc constamment à la recherche de diverses initiatives sociales etenvironnementales sur le développement durable de nos régions africaines mais au-delà, sur de nouveaux projets permettant à un maximum de jeunesd’avoir accès à un emploi et des solutions pour soutenir les femmes dans les rôlesqu’elles jouent dans les zones rurales. 
Bien évidemment qu’une telle approche nécessite un cadre d’analyse adapté et méthodologique, en se plaçant dans une perspective globale d’écoute, de sensibilisation et de conscientisation des populations. Notamment,pousser les jeunes à prendre conscience des ressources de leurs régions et des possibilités de mener une vie meilleure en leur présentant les opportunités d’affaires et de création derichesses qui sont à leur portée tels que dans l’agriculture, l’élevage, la pêche, lefootball, le numérique etc.., à les faire participer au processus de consolidation de la réconciliation, de la paix et de la cohésion sociale dans une Côte d’Ivoire profondément divisée. 
Ainsi, au terme du rapport de la mission que j’ai diligenté en septembre 2020,les investigations menées par mes collaborateurs ont fait émerger des difficultés sociales qui poussent les jeunes à l’immigration clandestine. 
Pour agir sur les facteurs de répulsion qui poussent les jeunes africains au choix de l’immigration clandestine, et partant du constat que ces jeunes sont idéalistes et créatifs, mes collaborateurs et moi avons pris en compte ces atouts pour remédier à la situation du flux migratoire, en canalisant l’idéalisme et les aspirations de ces jeunes. 
 A ce stade, les discours ne sont plus suffisants pour convaincre ces jeunes.Il faut créer des conditions propices à l’emploi dans nos régions africaines via des projets productifs qui offrent des opportunités aux jeunes personnes d’avoir une vie décente.Pour ce qui concerne le département de Guibéroua, il fallait répondre activement à la détresse des jeunes avec un accompagnement concret en participant à la dynamique locale. Il était question d’utiliser les atouts propres à la jeunesse et mettre en avant leur attrait pour le football, qui est une identité culturelle à Guibéroua. 
Nous avons favorisé l’exploitation des talents et fourni les outils destinés à assurer la focalisation du club qui, à son tour, appuiera la réalisation de multiples activités dérivées autour du football. En un mot, notre plan stratégique mise sur l’attractivité avec un programme à l’entrepreneuriat , la formation et l’accompagnement qui permettra aux jeunes de la région du Goh d’avoir des compétences techniques, managériales. Ce qui aurait pour bénéfice de réduire le taux de chômage par leur insertion sur le marché du travail.D’où, cette première idée de la création d’un club de football professionnel. 
Ce qui est intéressant dans ce projet socio-éducatif et sportif, Il est impérieux de rappeler que le ballon rond a en effet d’incontestables vertus fédératives et constitue un vecteur majeur de l’unité fraternelle et un moyen crédible de mobilisation qui nous permettra de faire passer notre message et d’instruire les jeunes sur les dangerosités de l’immigration clandestine.Pour revenir à votre question, je dirai que si le football peut être une passion pour sauver des vies humaines et encourager une jeunesse en perdition, je m’inscris sans hésitation dans cette Vision. 

Dans votre région à Guiberoua, vous êtes en train de bâtir un club de football.Comment vous est venue cette idée, Pourquoi investir dans le football ? 

Tout à fait, l’idée m’est venue de créer une équipe professionnelle à Guibéroua afin d’atteindre des objectifs sociaux et économiques au profit des jeunes et dela région. 
Pour moi, l’empire footballistique est vaste et un levier de création d’emplois.Dieu a donné ce talent à Guibéroua ! Alors, il faut mettre en exergue cette richesse naturelle pour développer un modèle pour contourner cette limite afind’en faire une vision dynamique et donner une chance aux jeunes de cette région de bien progresser à l’image des grands clubs. Mais au-delà, le football est un sport populaire, qui par la force des choses a aujourd’hui un rôle éducatif, citoyen et social. Au travers de ce club, je souhaite promouvoir des comportements responsables, la notion de solidarité et de fraternité et le civisme au sein de la jeunesse. 

Présentez-nous ce club 

Comme vous l’indiquez, Il est né de la fusion des 5 cantons du département de Guibéroua, de l’association sportive dénommée l’Athletico Club de Guibéroua,créée en 2020. Son siège social est à Guibéroua.Ce sont 25 joueurs qui composent l’effectif.Le nouveau club évoluera avec une équipe en D3. Fort de sa localisation en plein cœur de Guibéroua, Athletico Club de Guibéroua a à sa disposition 2 stades d’entraînement.Depuis sa création, Athletico Club de Guibéroua ne cesse d’évoluer, grâce àson directoire, au renforcement de sa communication et à l’évolution de son approche avec ses potentiels supporters.Nous ambitionnons faire de ce club une véritable entreprise. La rigueur de sagestion est l’atout essentiel pour mener notre mission, réunissant une équipe dirigeante dans un esprit de convivialité, d’ambition et de structuration du club autour de projets viable, sous la forme de projets techniques, de formation par nos experts en communication et en pédagogie afin que nos jeunes joueurs évoluent sur le plan footballistique que comportemental. 

Ce sont d’énormes moyens que vous investissez. Dites-nous ce qui a été déjà fait

l’investissement financier consenti n’en reste pas moins conséquent pour apporter mon soutien à Athletico Club de Guibéroua.Je veux une équipe forte avec et pas un club low cost. C’est un investissement lourd et important sur fonds propres .Je voudrais donner la chance à ce jeune club de monter dans sa notoriété.Aujourd’hui, un club est par définition, une marque, une identité régionale,une référence. Je veux par transitivité favoriser la promotion de Guibéroua,voire, de la région du Goh qui est à la traîne économiquement.L’augmentation constante des activités footballistiques ont fait naître au sein de Athletico Club de Guibéroua le désir de disposer de son propre centre d’hébergement et de formation avec toutes les commodités pour regrouper nos joueurs et des personnels chargés de leur encadrement. 

Jusqu’où êtes-vous prête à aller dans votre soutien à ce club. Quelles sont vos prochaines actions ?

« Faites le bien, par petits bouts, là où vous êtes ; car ce sont tous cespetits bouts de bien, une fois assemblés, qui transforment le monde. »Desmond Tutu.Cette maxime de l’un des fervents militants des droits de l’Homme garde toute sa pertinence dans le contexte d’une période difficile et de fragilitéde nos communautés.Je répondrai simplement pour dire que je suis animée par la lumière du partage avec mon prochain et je n’ai pas de limite pour donner dans dans le respect pour créer de l’Espoir, là, où le besoin se fera ressentir.Je n’ai pas de limite pour dissuader cette jeunesse d’aller périr en merméditerranée.Par ailleurs, j’envisage également investir dans la réalisation de projets informatiques et numériques.Nos entreprises locales ont besoin d’être boostées et vous conviendrez avec moi que la progression de la numérisation s’arrête aux portes des régions africaines alors que c’est justement dans ce secteur les possibilités sont immenses pour créer des emplois. Il faut soutenir les entreprises et les coopératives locales et attirer des investissements dans la région. 

Où trouvez-vous tous ces moyens ? Avez-vous des sponsors ? 

Une stratégie économique visant à contribuer à la promotion de l’entrepreneuriat dont les avantages multiples et divers concourent à l’effort de lutte pour la réduction de la pauvreté et de lutte contre l’immigration clandestine des jeunes, demande desmoyens colossaux.Devant la limite de mes capacités financières propres, je fais appel aux actionnaires, à du mécénat, du sponsoring, du financement participatif pourmener à bien ces projets.  

  À travers ce club de football, quels objectifs visez-vous réellement ? 

Rire, cette question à l’ivoirienne me semble frileuse et subtile ! Mais , je vais vous répondre en toute franchise.Vous savez, mon regard sur la Société africaine est désormais influencé par l’Esprit entrepreneurial et l’essor de la vision anglophone.Entreprendre n’est pas le fruit d’un ordre totalement spontané pour moi. C’est le conditionnement culturel à la prise de risque et le résultat d’un apprentissage et d’une éducation spécifique.J’ai appris auprès de mon pays d’accueil, l’Irlande l’action concrète et la production des valeurs socio-économiques pour répondre efficacement aux exigences du développement entrepreneurial .La réflexion sur le développement économique et social ne s’est jamais concentrée aussi fortement sur l’Afrique comme aujourd’hui pour expliquer et comprendre les maux du continent africain et qui est présenté aux yeux de tous comme le continent misérabiliste de toute de l’humanité.Ceci, malgré no snombreuses ressources naturelles. C’est peut-être gênant non ! 
J’aime bien citer comme exemple la politique de l’Irlande et de sa diaspora qui ont mis en place une stratégie pour encourager les entreprises irlandaises à se développer grâce au mentorat d’entreprise et par l’intermédiaire de leurs réseaux d’affaires.En ce sens, les autorités irlandaises avaient encouragé leurs ressortissants en créant un ministère de la diaspora afin d’établir des canaux de communications pour se positionner en tant que facilitateur et opérateur entre les réseaux d’affaires de sa diaspora et les entreprises locales irlandaises. Voici des pistes qui m’inspirent. 

Avez-vous un dernier mot ? 

Oui, je voudrais souhaiter bonne chance à mes jeunes enfants de l’Athletico Club de Guibéroua.Merci aux jeunes joueurs pour leur persévérance. Lors des séances de recrutement, nous avons remarqué des jeunes qui ont fait preuve de combativité, de talent et j’avoue que c’est une équipe qui va nous faire rêver avec des beaux matchs.Je suis sensible au rapport fusionnel entre la structure Athletico Club de Guibéroua et les potentiels supporters. Ce suivi via les réseaux sociaux est quelque chose de magnifique qui encourage nos joueurs .Un merci tout particulier à mon chargé de communication, M. Gomet et notre jeune coach, Abedi pour tout le travail accompli. Qu’il s’agisse de leursc ompétences professionnelles ou de leurs qualités humaines. 
La lutte contre l’immigration clandestine doit faire partie d’une approche globale et cohérente en tenant compte des réalités des pays africains. Il faut s’attaquer aux questions que sont la pauvreté, le chômage, la misère et élaborer des projets générateurs d’emplois.Je voudrais également saisir cette occasion pour lancer un appel à la Paix.La motivation du peuple africain est réelle, et pour symboliser cette vision je suis convaincue qu’il faut nous projeter au-delà de nos sentiments et nous visionner dans une Afrique harmonisée politiquement, socialement et économiquement pour parler véritablement de Développement de notre continent. Sans paix, il n’y a pas de développement, c’est la solution sine qua non pour y arriver et pallier aux maux récurrents de l’Afrique.

Merci à tous les lecteurs.Que Dieu bénisse l’Afrique  

Interview réalisée par

Agathe Winceli

Siegueikloa M.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This